Les églises de la Paroisse Bienheureux François Dardan / Frantses Dardan Dohatsua Parropiako elizak

(source des informations de cette page "Guide pratique de la paroisse Bienheureux François Dardan" "Frantses Dardan parropia")

AYHERRE

L'église d'Ayherre était la dernière construction, à l'extrémité nord du village. Le roi de Navarre construisit des tours à sa frontière nord : Izturitz, Beltzuntz, Lukugain et ce bâtiment qui servit d'église et de donjon. Son patron est saint Pierre. Le retable est de fin XVIIe et début XVIIIe. Le clocher du début XXe. Ont disparu les statues de la Vierge, de saint Jean-Baptiste, saint Barthélémy et saint Jacques. Le curé était nommé par Roncevaux.

AIHERRA

Eliza ez da herriaren erdian, bainan azken etxea iparraldean, lehenago. Nabarrako azken herria izanez, dorreak baziren mugan : Izturitz, Beltzuntz, Lukugain eta eliza, harri batez bi xori, eliza eta dorrea.

Jondoni Petriren ohoretan eraikia da. Lehen aipamena : 1321.
Aldare gaina : 17-18. mende hastapenean egina da, geroztik desagertu diren, Andredena Maria, Jondoni Joani Batista, Jakobe eta Bartolomerekin. Dorrea, 20. mendekoa.

Orreagako fraileek zuten izendatzen erretora.

BONLOC

Au sommet d'un monticule, l'église de Bonloc a du être construite sur un lieu de culte païen en l'honneur de Marie, par les moines de Roncevaux qui avaient une commanderie à Bonloc. Elle est citée en 1 186.

C'était une construction romane. La voûte de l'abside était en pierre. La construction de l'église actuelle, débuta en 1 880. Pourquoi l'ancienne fut-elle détruite ?

Les peintures murales sont l'œuvre d'Etienne Decrept, auteur du premier opéra en basque.

LEKUINE

Bere munoaren kaskoan, hain segur, lehenagoko sinesteeri lotu otoitz leku batetan eraikia zuten eliza, Andredena Mariaren ohoretan. 1 186an aipatua da : erromanikoa zen, gutienez aldare gaina harriz. Orreagako fraileek eraiki zuten, haiena baitzen parropia ttipi hori ospitalaren inguruan. Oraikoa 1 180an hasi zuten. Zergatik berria? Barneko margoak, 1 910an, euskarazko lehen opera idatzi zuen Etienne Decrept-enak dira.

BRISCOUS

Briscous/Beskoitze, village de 2 700 habitants répartis dans cinq quartiers, possède une église de trois galeries ; restaurée de 1 860 à 1 864, selon les plans de l'architecte diocésain Charles Besoin, qui fit construire le clocher. La reprise générale de l'édifice a été faite sous l'égide de l'abbé Haristoy, jeune vicaire, qui intervint dans la conception et la conduite des travaux de restauration et d'agrandissement de l'église. L'allongement de la nef et du sanctuaire lui donne la forme d'une croix latine. Les trois vitraux, derrière l'autel, datant de la même époque, embellissent l'édifice. Les peintures, autour de l'autel, représentent les quatre évangélistes. Deux saints veillent sur Briscous : saint Vincent, diacre, pour le bourg (Bixintxo) et saint Michel, pour les Salines. D'autres personnes vécurent à Briscous : Joanès de Leizarraga qui traduisit le Nouveau Testament en basque et écrivit de nombreux ouvrages religieux ; le Père Dourisboure, des Missions étrangères de Paris, qui participera à l'évangélisation de la région des hauts plateaux du Vietnam (Cochinchine).

BESKOITZE

2 700 biztanleko herria bere 5 kartierrekin. Eliza arraberritua izan da 1 860-tik 1 864-at, bai ta ere, zeinutegia, Charles Besoin, diosesako "arkitektuak" lanak gidaturik.

Eliza arramoldatua izan da, Haristoy bikari gazteak kudeaturik. 3 berina haundiek agertzen dituzte, Jesus Salbatzaile, Ama Birjina, san Josep Jesus haurrarekin.

Aldare inguruan, 4 margo : Mark, Luk, Joani eta Matiu Ebanjelistak. 2 saindu : Mixel - Urgazietako kartierra-rentzat eta, Bixintxo - herri barnea.

Beskoiztar presuna ezagunak : JOANES DE LEIZARRAGA -Beskoitzen sortua, lehen aldikotz Bibliako testament berria euskararaz itzuli zuena
(1 571).

PIERRE X. DOURIBOURE (Missions étrangères de Paris), Vietnam-eko lehen misionestetarik bat. Hango hizkuntzaz (bahnar-frantses) hiztegia agerarazi zuen.

GRÉCIETTE

L'église de Gréciette date du XVe siècle et est dédiée à saint Martin. Son ancien nom était " Saint-Martin-de Garro " (1 518).
" Garroa " étant le château situé à Mendionde, fondé par une famille navarraise, dont le dernier baron mourut en 1 923, le château devenant alors, la propriété de la ville de Bayonne, puis de la commune de Mendionde.
Le nom de " Gréciette " ne fut donné que vers le milieu du XVIIe siècle.
Aujourd'hui, Gréciette est un des quartiers de Mendionde.
Dans la nef de l'église de Gréciette se trouve un splendide bénitier de marbre ; au cimetière on trouve des croix discoïdales.

GEREZIETA

XV-garreneko eliza " Jondoni Martine ". 1 518-ean, " Garroko-Jondoni-Martine" zuen izena; herrian, "Garroa" izeneko gaztelu bat ageri da, nafartar familia batena zena; gero Baionako herriari emana ta orai, Lekorneko herriaren gain (gaztelua ta lurrak). "Gerezieta" izena bidu zuen, XVIIIe mendearen erditsutan. Elizerdian, ikus ditake, marmolaz-ko ur-benedikatu untzia; hil-harrietan, kausitzen ditugu harri-borobila xaharrak.

HASPARREN

L'église paroissiale d'Hasparren, dédiée à saint Jean-Baptiste, édifiée vers le XVIe siècle, possédait dans les soubassements du maître-autel, une inscription romaine marquant l'importance de la cité durant l'Antiquité. En 1 661, l'édifice trop petit ne pouvant accueillir les fidèles de plus en plus nombreux, des remaniements furent donc entrepris afin d'agrandir l'église. De multiples rénovations et constructions ont lieu au cours du XIXe siècle. Celles-ci débutèrent en 1 835, avec la construction du chœur, de l'abside et l'ajout des chapelles. Le nouvel édifice fut consacré par Monseigneur Ducellier, en 1 886. L'église saint Jean-Baptiste d'Hasparren conserve aujourd'hui les décors intérieurs réalisés à la suite de la reconstruction du XIXe siècle : des verrières de Charles-François Champigneulle furent exécutées en 1 882, ainsi qu'un décor peint sur la voûte de l'abside, œuvre de Daniel Saubès, élève de Léon Bonnat, datée de 1 895.
La chapelle d'Elizaberri date de 1 686, avec un très beau retable en bois polychrome, représentant la Sainte Trinité.
La chapelle du Sacré-Cœur, dite -chapelle des missionnaires- a été construite de 1 928 à 1 931. Les fresques murales ont été peintes par M.A. Sauvage, décorateur à Courbevoie, en 1 932-1 933. On peut y voir 48 saints et saintes, basques et non basques, dirigés vers le chœur où les attend le Christ, les bras ouverts.

HAZPARNE

Jondoni Batista eliza " xaharra " 16-garren mendekoa zitaken. Obrak egitearekin, erromano denborako harri xixelatua aurkitu zuten : lehen mendeko " pagano " erlisioneko aldare berezia.

Eliza berritu zuten 19-garren mendean ; eliza xaharreko oin-harriak ahulduak ta jendea ezin koka ! 1 835-ean aldare aintzina eraiki zuten bai ta bazterretako kaperak. 1 882-ean, ezarri zituzten berina haundiak, Charles-François Champigneulle marrazkituak . Ducellier jaun apezpikuak kontsekratu zuen eliza berritua 1 886-an. 1 895-ean, Daniel Saubes, tindulari famatuak (Léon Bonnat-en ikaslea) egin zuen marrazki haundi bat " Abraham-en sakrifizioa ", aldare nausiaren gainekaldian.
20-garren mendean ere, obra-berritze batzu ukan ditu eliza hunek.

Bertze kaperak : Elizaberri-ko kapera ttipi bat Trinitate Sainduari eskainia, 1 686-an eraikia. Erretaula zurez egina, sinbolo bereziekin apaindua.

Bihotz sakratua-ren (edo misionesten) kapera. 1 928-1 931 urtetan eraikia. Kapera hunen berezitasuna : murru paretan margotuak dira 48 saindu frantse ta euskalduna (M.A. Sauvage-n obra).

(argazkia ; Bihotz Sakratua-ren kapera)

ISTURITZ

L'église est dédiée à sainte Eulalie. Mais il y avait une autre chapelle de cette sainte où l'on apportait parfois la statue de saint Rémi. Celui-ci ne serait-il pas le premier patron ?

En 1 347, c'est sainte Eulalie qui l'est. Au XIXe siècle, on éleva l'église de 4 mètres, les galeries aussi.

La voûte de bois a été faite par M. Arotzarena, menuisier du village. Le cimetière a été rétréci pour faire passer la route de Saint-Martin d'Arberoue.

IZTURITZE

Eliza, santa Eulaliaren gerizapean da orai. Bainan saindu horrek bazuen bere beila-kapera bestalde eta san Remiren itxura harat eremaiten zen batzutan : ez ote zen hau lehen patroina? 1 347an jadanik, santa Eulalia zen. 19. mendean, 4 metroz goititu zuten eliza. Galeriak ere bai. Zurezko gaina, Arotzarena herriko mahasturiak egin zuen, 20. mende hastapenean. Hil-harriak hertsituak izan dira plaza aldeko bidea zabaltzeko.

MACAYE

Blotti au pied du mont Ursuya (678m), Macaye " Makea " est un petit village labourdin de 530 habitants. La commune s'étend sur 19,8 km2. Macaye fut la patrie de Jean Anchordoqui, plus connu sous le nom de " Ganich de Macaye " : ce contrebandier, joueur de pelote, joua un rôle très important durant la première guerre carliste. Contrairement à beaucoup de villages basques, l'église Saint-Étienne se trouve en dehors du bourg. Elle date du XVIIe siècle, possède un clocher fronton, un porche pavé de dalles funéraires, trois galeries et un retable du plus pur style Louis XIV. Elle se dresse au milieu d'un cimetière en balcon. La mairie se situe au bourg du village. Au-dessus de l'imposante porte d'entrée repose un linteau sculpté, représentant un personnage avec une bouteille à la main et un verre d'eau dans l'autre. C'est dans cette bâtisse que se faisait, autrefois, la répartition du vin. Ayant conservé une forte empreinte agricole et pastorale, la vie associative et culturelle y est intense grâce aux diverses associations proposant, pelote, hand-ball, musique, théâtre… Elles offrent un bon calendrier d'activités dont la Fête-Dieu constitue un temps fort et un rappel de l'enracinement chrétien du village.

MAKEA

Ursuia (678m) mendiaren azpian Makea, 530 biztanle.

Herri huntako presuna ezagutuetarik dugu, Jean Anchordoqui, " Ganich de Macaye " : pilotaria, kontrabandixta, lehen karlixta gerlan arizan dena.

Eliza, herri-barnetik kanpo da. XVII-garren mendekoa da, errebote-dorre batekin, 3 galeria eta aldare gaina kurutzearen bidekobitxurekin emana.

Kalostrapeko zoladura, hil-harrietako harri-lauzekin egina da.

Herriko etxea plazan aurkitzen dugu. Sartzeko atearen gainekaldian, ikus ditake pertsonai bat botoila eta baso bat esku bakotxean (lehen, etxe hortan egiten zen arnoaren bederazkatzeak).

Laborantzari emanak dira ainitz makear; kultur ta kirol talde andana bat kausitzen da. Eliza mailan, beti bizirik dago Besta-Berriko ohidura.

MENDIONDE

Village de 720 habitants, Mendionde (province basque du Labourd) est divisé en quatre quartiers : Attisanne (Atezain) - Basseboure (basoita) - Gréciette (Gerezieta) - Lekorne-. Le nom basque de la commune est celui du principal quartier Lekorne " Mendiondo " qui signifie " à côté de la montagne " -du mont Ursuya (678m). L'activité est principalement agricole. L'église Saint-Cyprien, du XVe siècle, est inscrite aux monuments historiques depuis 1 925. Elle recèle des retables, des statues, des tableaux et des lambris de revêtements, inventoriés par le Ministère de la Culture. Elle possède également, des fresques du XXe siècle illustrant les quatre saisons. Elle est dotée d'un cadran solaire, cadran méridional, peint style bouloté avec jambe avec la devise : " Hiltzeaz orhoit " " Souviens-toi de la mort ". Au XVIIe siècle, Mendionde et Gréciette étaient deux villages distincts. La Fête-Dieu constitue un temps fort et un rappel de l'enracinement chrétien du village.

LEKORNE

720 egoiliar dauzka herriak - 4 kartierretan banatua (Atisane - Basoita - Gerezieta - Herri barnea).

Herriaren izena da " Mendiondo " ; Ursuia (678m) mendiaren azpian kokatzen da. Gehienik, laborantxa-tik bizi dira. Xipirine eliza, XV-garren mendekoa da ; erretaula aberatsa. Eliza gaina marrazki haundiz tindatua da : agertzen dira 4 sasoineko laborantxako lanak -(XX-garren mendekoa).

Kanpoko murru-paretan, lotua da iguzki-orratza, hitz hauiekin apaindua : " Hiltzeaz orroit ". Eliza-bestak ospatuak dira, partikulazki Besta-Berri.

SAINT ESTEBEN

L'église actuelle du XVIIe siècle est vouée à saint Étienne. Elle possède un magnifique clocher-fronton, son abside est polygonale et abrite un retable spectaculaire du XVIIIe siècle. Le porche est surmonté d'une salle qui servait autrefois de mairie. On peut remarquer sur le sol du porche des stèles funéraires discoïdales qui servent aujourd'hui de pavement. Toutefois, on peut en trouver en place dans le cimetière dont une pourrait dater du XVe siècle. On pense que cette église pourrait avoir été, à l'origine, la chapelle de la maison noble " Jauregia " (XIIIe siècle) qui se dresse juste derrière. La paroisse Saint-Esteben est mentionnée en 1 321 sous le nom de " San Esteban de Arberoa ". Saint-Esteben désignait également la famille résidant à Jauregia. Le nom basque " Donoztiri ", est la réduction phonétique de -Don Estebe (saint Étienne en basque), suivi de -iri- qui désigne à l'origine un domaine rural devenu par la suite, village. Donoztiri était donc le village du seigneur de Saint-Esteben, dont la famille joua un grand rôle dans l'histoire de la Navarre.

DONOZTIRI

Oraiko eliza XVII-garren mendekoa da ; patroina : Jondoni Extebe.

Ezkila dorrea, arrabote bezala eraikia. Aldare-gaina, XVII-garrenekoa. XVIII-garren mendean, elizaren kontra eraikia zuten apez-etxea (gero, herriko-etxea izan dena).

Kalostrapeko zoladura hil-harrietako harri-lauzekin egina da. Badira, halere, lauburu hil hobiak hil-harrietan ; bat partikulazki, XV-garren mendekoa.

"Donoztiri" izena hartu aintzin deitzen zuten "Arberoako San Esteban".

Donoztirin, Besta-Berriko tradizioa atxikia dute. Urte guziez, gazteria beztitzen baita beren jauntzi bereziekin, dantzaz ta musikaz apaindua.

SAINT-MARTIN-D'ARBEROUE

Saint-Martin d'Arberoue est un petit village de 305 habitants se situant dans la vallée de l'Arberoue. Donamartiri, en basque, signifie -saint Martin, qui n'est autre que le patron du village. Son église est d'origine médiévale. Elle fut agrandie au XVIIe siècle. Le corps rectangulaire ainsi que les parements extérieurs construits en bloc calcaire, seraient les parties les plus anciennes de l'édifice, datant du XIVe ou XVe siècle. Elle comprend un clocher-mur et une nef avec des tribunes en bois sur un niveau. L'abside est surélevée et une sacristie en dessous. Elle possède un retable d'époque, des vitraux et une rosace. Petite curiosité : l'appui servant de support à une statue est une tête d'angelot. Certains éléments, comme la benoîterie qui se trouvait près de l'église et la salle au-dessus du porche, ont disparu à ce jour. Jadis, les paroissiens ont participé à financer l'achèvement des travaux ainsi qu'à l'achat du mobilier qui la garnit. On peut compter 17 curés de la Révolution à aujourd'hui. La Fête-Dieu, avec son cortège, vient d'être réhabilitée depuis 2 ans.

DONAMARTIRI

Jondoni Martine : herri huntako patroina, 305 biztanleko herria.

Eliza arraberritua izan da, XVIII-garren mendean.

Murru-pareta batzuen arabera, lehengo eliza, XIV/XV-garren mendekoa zitaken.

Frantziako Iraultza-z geroz, 17 erretor izan dira Donamartiri-n.

Beti, elizkizunak egiten dira; duela bi urte, berriz abiatu da Besta-Berri, bere jauntzi, musika ta dantza bereziekin.

URCURAY

Dédiée à saint Joseph, l'église d'Urcuray a été érigée, en 1 642.

Urcuray est un quartier d'Hasparren 

Jusqu'aux années 1 980, Urcuray était une paroisse, avec un curé résident.

URKOI

Hazparne-ko kartier bat dugu, Urkoi.

Bere eliza badauka, san Josep-i kontsekratua.

1 642-an eraikia izan da eliza.

1 980 arte, bazen erretora.